Vous êtes ici : Les-masure.fr » Bricolage » Fiches pratiques » Bande placo : le guide

Bande placo : le guide

Depuis leur arrivée en France au lendemain de la seconde guerre mondiale, les plaques de plâtre ont considérablement facilité les travaux de constructions intérieurs ou de rénovation de murs. En effet, cette solution rapide et simple permet de monter des murs en un temps record, grâce à leur légèreté et leur facilité de pose sur une armature métallique.

Toutefois, une fois le mur ou le plafond en plaques de plâtre réalisé, la réalisation des joints présents entre les différentes plaques de plâtre est une tâche plutôt ardue, et qui plus est extrêmement importante pour le rendu final. De nos jours, les bandes de plâtre, appelées plus communément bandes placo ou joints de plâtres, sont d’une aide précieuse pour ce travail, même si l’apparition de machines pour bande à joint vient encore faciliter le travail.

bande de platre

Natures et intérêts des bandes de plâtre

Les bandes à joint ont plusieurs intérêts. Bien évidemment, le premier est de faire disparaitre toute trace de la séparation entre les deux plaques de plâtre avant la mise en peinture du mur ou du plafond. Toutefois, elles servent également d’isolant, à la fois thermique et sonore entre les deux espaces cloisonnés. En effet, si les plaques de plâtres ont longtemps eu mauvaise presse en raison de leur nature peu isolante, notamment en termes de bruit, cela a beaucoup évolué ces dernières années. Mais encore faut-il que les joints entre les différentes plaques soient réalisés correctement. Pour cela, la bande placo va servir en quelque sorte d’armature aux joints.

Il existe plusieurs types de bandes placo :

  • la bande placo classique, appelée aussi bande calicot, est une bande de papier, kraft la plupart du temps. Elle est éventuellement micro-perforée pour éviter l’apparition de bulles d’air pendant la pose. Elle peut posséder une rainure verticale au centre, sur toute sa longueur, afin de faciliter son usage pour la réalisation des joints sur les angles rentrant,
  • la bande placo adhésive a l’avantage de coller directement au mur, évitant ainsi de mettre une première couche d’enduit sur le mur avant la pose de la bande. Utilisée principalement par les bricoleurs amateurs, elle ne l’est pas par les professionnels, n’étant pas autorisée par le Document Technique Unifié (DTU), document normatif édictant les règles dans le bâtiment en France,
  • la bande placo grillagée est une bande renforcée en fibre de verre, qui peut être adhésive ou non. Plus chère, elle garde tout de même la même fonction qu’une bande classique. Pour les bricoleurs qui débutent en réalisation de joints de plaques de plâtre, elle donne de meilleurs résultats. A réserver donc aux néophytes,
  • enfin, la bande placo armée est une bande de papier qui contient également une armature en acier galvanisée. Elle est principalement utilisée sur les angles saillants, permettant ainsi une meilleure protection de l’angle aux chocs éventuels dans le futur.

Suivant le modèle, un rouleau de bandes à joint aura un coût compris entre 2 et 30 €.

Poser des bandes de placo sur un mur plat

Poser des bandes de placo se révèle bien plus complexe que cela peut sembler de prime abord. En effet, les premiers temps, il sera nécessaire de s’y reprendre plusieurs fois, sans attendre le séchage, afin d’avoir un rendu correct, sans bulle ni aspérité, et qui permettra de peindre le mur ou le plafond sans un travail de ponçage trop lourd. Il faut savoir que le moindre défaut restant sur un joint de placo sera davantage prononcé après le séchage. D’où le besoin de prendre le bon coup de main…

Entre deux plaques de placo, la première étape pour réaliser les joints est de combler éventuellement tout espace supérieur à 2 mm. En effet, l’enduit de joint ne pourra pas combler à lui seul ces espaces trop importants. Pour cela, on utilise du mortier MAP, spécialisé pour le rebouchage. Ce sera le même enduit utilisé pour combler les trous de visserie sur la plaque de plâtre.

Une fois la surface sèche, une première couche d’enduit est à disposer. L’enduit se vend sous deux formes : soit en poudre, à mélanger avec de l’eau, soit directement en pot prêt à l’emploi. Cela est pratique, mais évidemment plus cher. Pour étaler cette première couche d’enduit, on utilise un couteau à enduire, assez large si possible. Inutile de mettre beaucoup d’enduit car l’utilité de cette première couche est de faire tenir la bande placo, si celle-ci n’est pas adhésive. En cas d’utilisation de bandes adhésives, inutile de réaliser cette première couche d’enduit.

On colle de la bande placo tout au long du mur, dans un premier temps avec le doigt, puis en passant le couteau à enduire. Il est important de donner une certain pression au couteau pour évacuer les bulles d’air. Par contre, mettre trop de pression risque d’abîmer le papier, il est donc important de trouver le juste milieu.

Une fois la bande collée, une seconde couche d’enduit doit être posée. Le couteau servira à aplanir le tout. Si cela est fait dans les règles de l’art, le joint ne doit pas créer de relief par rapport au reste du mur.

Une fois le joint sec, une dernière couche d’enduit est la plupart du temps nécessaire. En effet, la bande placo et l’enduit se rétractent légèrement au séchage, rendant ce troisième passage d’enduit obligatoire à certains moments.

Poser des joints de plâtre dans un angle

Si poser des bandes placo entre deux murs reste une tâche réalisable sans trop de difficulté, après une première phase de tâtonnement, c’est évidemment plus ardu lorsqu’il s’agit d’angles, qu’ils soient rentrants ou saillants.

Il est nécessaire d’utiliser des bandes armées, à la fois pour solidifier l’angle, mais également, dans le cas d’un angle qui sépare un mur et un plafond, pour garantir une bonne isolation entre les différentes pièces.

Après avoir appliqué une première couche d’enduit sur les deux côtés de l’angle, il suffit de venir appliquer la bande placo, en veillant à ce que celle-ci soit posée correctement des deux côtés. Pour cela, il est nécessaire de mettre manuellement une légère pression. Les professionnels utilisent quant à eux des appareils spécifiques, appelée kits Bazooka, très pratiques mais hors de prix pour une utilisation par un bricoleur amateur, avec un coût à l’achat de plusieurs milliers d’euros.

Lorsque la bande armée est appliquée, on applique la seconde couche d’enduit. Avec le couteau, en enlève les excédents un côté après l’autre. Comme pour un mur classique, une troisième couche d’enduit sera sans doute utile après la phase de séchage des deux premières.

Les machines à bandes placo

Lorsque le coup de main est prix, poser des bandes placo est assez simple. Néanmoins, c’est un travail fastidieux lorsqu’on que l’on crée des pièces entières, sans oublier les contraintes physiques, par exemple lorsque l’on réalise les joints des plafonds.

Dans l’optique de faciliter la pose des bandes, les fabricants de matériaux ont créé des machines pour bande à joint. Le modèle Banjo DELKO, qui vient d’Australie, est le modèle phare. Plutôt accessible, avec un coût moyen d’environ 150 €, cette machine fonctionne grosso-modo comme une souris d’écolier : elle vient appliquer l’enduit et la bande placo d’une traite, faisant gagner du temps.

La machine pour bande, totalement mécanique, ne demande aucun apport électrique. Elle est composée de deux systèmes de roulettes interchangeables. Si le système le plus court sert à réaliser les angles plats, le système avec la roulette la plus longue est utilisé pour les angles rentrant. Une mollette de serrage permet de régler le débit d’enduit.

La préparation de la machine est finalement plus longue que la réalisation des joints à proprement parlé. En effet, il convient d’installer sur la machine un rouleau de bandes placo classique, puis de mettre environ 2,2 kg d’enduit, plutôt liquide. Lors des premières utilisations, l’enduit peut être trop ou pas assez liquide. Il faut malheureusement un peu d’expérience pour trouver le bon compromis.

Cette préparation étant faite, il ne reste plus qu’à appliquer les bandes une par une sur le mur, bandes à couper avec une spatule. Avec le couteau à enduire, on repasse sur la bande. Le travail est joué !

L’avantage de cette machine est qu’elle utilise seulement la quantité d’enduit nécessaire, en évitant ainsi les excès qui augmentent les dépenses d’enduit. Une charge de machine à bande placo permet de réaliser environ 6 à 8 bandes de 2 m50. Seule limite, elle ne peut servir pour les angles saillants. Il sera alors obligatoire de réaliser la pose des bandes placo sur ces angles manuellement.

Pour les angles, pour lesquels il est difficile de lisser l’enduit de chaque côté après l’avoir appliqué, il existe des lisseurs d’angle. Ce sont des sortes de truelles possédant un angle en leur centre, montées sur des manches télescopiques. Ces ustensiles ont l’avantage de lisser l’enduit des deux côtés de l’angle rentrant en même temps, pour un résultat vraiment optimal.

Que l’on utilise une machine ou pas, la réalisation des joints entre les plaques de plâtre, par le biais de bandes placo, demande toujours une première phase de tâtonnement. Mais une fois passée celle-ci, ce travail se révèlera simple, voire même rapide avec une machine !




Contrats assurance logement

Economisez sur
votre assurance habitation

Comparez les offres

Devis gratuits en moins de 3 minutes