Vous êtes ici : Les-masure.fr » Bricolage » Rénovation » Compléter un carrelage au sol

Compléter un carrelage au sol

Dans une maison ancienne acquise récemment, on peut être confronté à des situations particulières, comme celle de devoir reprendre le sol d’une cuisine qui n’a pas été carrelé sur toute sa surface pour une raison quelconque, emplacement d’un ameublement précédent, modification des accès, des cloisons….

Le plus souvent, il sera plus simple de refaire tout le carrelage car il est difficile de retrouver des carreaux identiques, d’autant plus si ceux en place sont déjà anciens. Et puis les goûts  et les modes changent, on peut avoir envie de donner un coup de jeune à sa cuisine. Mais il s’ agit alors d’ une grande surface à carreler et à moins d’ être un très bon bricoleur ou de disposer d’une surface bien plane et uniforme, il faut faire appel à un professionnel. Pour diminuer le coût, on pourra éventuellement se garder l’enlèvement  de l’ancien carrelage, ce qui représente  déjà  un certain travail.

Par contre, on peut aussi préférer conserver les carreaux anciens, soit pour ne pas s’engager dans des frais importants, notamment si la surface qui reste à carreler est peu importante, soit parce que le carrelage ancien présente un intérêt esthétique que l’on veut préserver. Nous nous plaçons dans cette double hypothèse : petite surface et maintien de l’ existant. En plus dans notre cas, les propriétaires précédents avaient fait recouvrir la surface non carrelée d’ un béton bien dur dont il faut se débarrasser sans abîmer le carrelage qui l’ entoure.

Comment procéder et avec quel matériel ?

Retirer le béton

Notre première action sera donc de retirer ce béton sur une épaisseur d’au moins 5 cm pour pouvoir ensuite poser le nouveau carrelage en lieu et place. Il s’agit d’un travail délicat car il ne faut pas abimer les carreaux qui bordent la partie bétonnée, pour cette raison on ne peut utiliser directement un marteau burineur-piqueur ou casser le béton à la masse.

Il faut d’ abord désolidariser le béton du carrelage existant en réalisant une saignée tout contre la première rangée de carreaux. Pour ce faire, vous pouvez utiliser une meuleuse munie d’ un disque diamanté que vous faites glisser le long d’une règle en bois pour effectuer un sciage rectiligne du béton et pour protéger les carreaux de tout dérapage. Mais l’ expérience montre qu’ il n’ est pas facile de maîtriser cet outil, notamment pour un néophyte, et qu’un geste malencontreux peut tout remettre en question, surtout si vous ne disposez pas de réserve de carreaux. Il est préférable d’ utiliser une scie circulaire équipée d’un disque diamanté que, là aussi, vous faite glisser le long d’ une règle mais avec plus de facilité, de régularité et de précision qu’avec une meuleuse.

Si vous ne disposez pas de ce type de scie, vous pouvez en louer une assez facilement. Ensuite, une fois ce rainurage périphérique effectué tout au long des carreaux,  avec la scie circulaire ou avec une meuleuse toujours équipées d’ un disque diamanté, tronçonner le béton en lignes parallèles, espacées de 10cm environ,sur toute sa surface en conservant à peu près la même profondeur que pour la première ligne de sciage contre les carreaux. Vous pouvez également effectuer un sciage perpendiculairement au précédent et obtenir ainsi des carrés de béton qu’il sera facile ensuite de dégager avec un marteau burineur ou même simplement à l’aide d’un burin  et d’une massette sans risquer de desceller ou d’abimer le carrelage que vous voulez conserver.

completer carrelage Dans tous les cas, portez des lunettes,  un masque et des gants de protection. Il faudra également bien protéger l’environnement du chantier car ces opérations entraînent un fort dégagement de poussières et de projections. Bien aérer la pièce.

outil pose carrelageRéaliser une chape

Le nouveau carrelage devra être collé sur une surface plane et stable. Sur la dalle de béton porteuse, on dépose une couche de mortier maigre d’une épaisseur d’au moins 4 cm, 7cm en moyenne, que l’ on va « dresser » et lisser pour obtenir la planéité recherchée et la hauteur nécessaire pour que le nouveau carrelage soit bien de niveau avec celui déjà en place. Pour calculer la hauteur de la chape, il ne faut donc pas oublier de déduire l’épaisseur du carrelage et les 4 mm de colle qui seront nécessaires. Un mortier maigre se compose de 150 kg de ciment pour 1m3 de sable (granulométrie 0/5).

Après avoir bien mélangé ciment et sable, humidifier progressivement le mortier jusqu’à obtenir une pâte onctueuse (vous devez pouvoir en faire une boule qui se tienne) mais surtout ne le « noyez » pas. Auparavant, vous aurez dépoussiéré et mouillé la dalle porteuse, pour faciliter l’accrochage saupoudrer un peu de ciment sec sur le sol. Le DTU 52-1 prévoit la pose préalable d’une bande périphérique de protection des murs qui servira de joint de dilatation sur tout le pourtour de la chape.

Pour réaliser une chape à la bonne hauteur et de niveau sur toute sa surface, placez tout les 2 mètres environ des « guides » que vous calerez avec du mortier et sur lesquels vous ferez glisser avec des mouvements de va et vient une règle bien droite pour tassez le mortier, l’aplanir et le surfacer. Serrez fort sur la règle!  Si le mortier n’est pas trop frais, lissez la surface à la taloche.

NB: les « guides »  peuvent être de simples morceaux de bois ou des bouts de rails à placo pourvu qu’il soient droits et rigides. Avant d’étendre le mortier, s’assurer qu’ils sont tous bien de niveau , à la bonne hauteur et bien calés: la chape ne peut être réussie qu’à cette condition.

Au fur et à mesure que la chape avance, retirez avec précaution les guides qui ne sont plus utiles et comblez de mortier les vides laissés en nivelant et surfaçant à la truelle et à la taloche. Attention de prendre le chantier dans le bon sens, en reculant vers une sortie, pour ne pas avoir à marcher sur le mortier frais. Régulièrement vérifier que les guides n’ont pas bougé et qu’ils sont toujours de niveau.

Avant de poser le nouveau carrelage par la méthode du collage, il faudra attendre que la chape soit bien sèche: si les avis divergent sur le sujet et si l’épaisseur de la chape conditionne le temps de séchage, comptez au moins 3 semaines (on dit souvent une semaine par cm).

Pose du nouveau carrelage

Vous avez trouvé les carreaux qui vont s’harmoniser avec les anciens tant sur le plan de la forme, de la nature du matériau que sur celui de la couleur. La chape étant sèche, vous pouvez procéder au calepinage,  c’est à dire à la pose à blanc des carreaux pour vérifier que vous pourrez les disposer comme il convient, notamment dans le cas  de grands formats ou dans le cas de la réalisation  d’ un motif (carreaux de ciment ) et que les stocks sont suffisants.

Faite attention à l’emplacement des carreaux qu’il faudra couper en les plaçant plutôt aux extrémités, le long des murs. Les croisillons vous permettront de simuler les joints dont il faudra définir la largeur qui varie en fonction du type de carrelage et de l’effet recherché. Dans le cas d’une disposition un peu complexe ne pas hésiter à s’aider d’un schéma. Puisqu’il s’agit de compléter un carrelage existant, le point de départ de la pose du nouveau carrelage se situe forcément contre la dernière rangée des carreaux déjà en place.

Préparation du mortier

Préparer le mortier-colle selon les indications du fournisseur. Pour les carreaux de grande dimension (30 cm de côté et plus) et les carreaux de ciment prévoir un double encollage. Avec la truelle, disposer au sol un lopin de colle que vous étirez sur une longueur d’un ou plusieurs carreaux selon leur plus ou moins grande dimension et sur un peu plus de leur largeur. Passez ensuite la spatule crantée pour bien égaliser l’épaisseur de la colle. La profondeur des crans peut varier de 6 à 10mm selon le format  des carreaux, se conformer aux prescriptions du fabricant.

Débuter l’encollage

Encollez le 1er carreau si nécessaire en procédant de même que pour le sol et positionnez-le en exerçant une pression avec les mains et en le faisant légèrement glisser pour que la colle adhère bien. Puis à l’aide d’un maillet en caoutchouc et d’une batte de carreleur tapoter le carreau pour le mettre de niveau avec la rangée précédente. Vérifier la planéité de l’ensemble avec le niveau à bulle et la règle.

Enlevez le surplus de colle dans les joints et placez les croisillons pour maintenir des écartement régulier entre les carreaux. Si vous ne retirez pas l’excès de colle auparavant, les croisillons seront difficiles à extraire et les dépôts durcis ne vous permettront pas de créer des joints homogènes qui tiennent dans le temps. Passez aux  carreaux suivants puis aux autres rangées  en vérifiant régulièrement la planéité et l’alignement.

Aux extrémités de la surface à carreler vous aurez à découper des carreaux  pour les ajuster à la place disponible: utilisez soit une carrelette, soit un coupe-carreaux électrique. Pour des découpes arrondies, reporter le dessin sur le carreau et rayer la surface à enlever avec une pointe à tracer, puis grignoter progressivement le carreau avec une pince bec de perroquet. Retirer les croisillons au fur et à mesure de l’avancement du chantier, avant que le mortier-colle ne soit trop sec. Laissez sécher 24h.

A l’aide d’une truelle, remplissez largement les joints avec une pâte à joint préparée selon les recommandations indiquées sur l’emballage: elle doit être assez liquide pour bien descendre dans les joints mais un excès d’eau nuirait à leur qualité.

Choisissez un coloris de mortier qui s’harmonise  à celui du carrelage en évitant des tons trop clairs qui se salissent vite. Passez la spatule en caoutchouc pour lisser les joints et retirer le surplus de produit. Laisser un peu sécher et nettoyer  les carreaux avec une éponge humide. Faire attention à ne pas creuser les joints. Terminer au chiffon sec pour enlever les dernières traces. Un nettoyage complet sera possible après 24-48h de séchage.

Votre chantier est terminé, vous en serez d’ autant plus fier et satisfait que vous y aurez fait preuve de minutie, d’exigence dans la préparation et la réalisation et de goût. Un tel travail est très formateur et vous apporte des compétences que vous pourrez exploiter pour d’ autres  réalisations.

Compléter un carrelage au sol
Evaluez cet article

Contrats assurance logement

Economisez sur
votre assurance habitation

Comparez les offres

Devis gratuits en moins de 3 minutes