Vous êtes ici : Les-masure.fr » Jardinage » Fleurs et plantes » Les vivaces » Hémérocalle : plantation, culture et entretien

Hémérocalle : plantation, culture et entretien

Vivace, l’hémérocalle est une incontournable des jardins qui bénéficie d’une longue vie devant soi. En effet, lorsqu’elle vient d’être plantée au second plan d’une plate-bande, elle va vite occuper l’espace, s’étaler, fleurir et accompagner le jardinier près de 2 décennies voire plus.

 

Chaque année, pendant au moins 5 semaines d’affilée, entourées de longues feuilles lancéolées, retombantes, vertes luisantes, ses grandes tiges florales élancées vont produire sans interruption de nombreux boutons échelonnés en haut de la tige où chaque jour va se succéder l’éclosion de fleurs en forme de trompettes allongées, fières de montrer leurs 6 tépales gaufrés (3 sépales et 3 pétales) retournés vers l’arrière, de couleur orangée, striés d’une nervure centrale de couleur beaucoup plus claire partant du cœur jaune orangé jusqu’à la pointe des tépales. Éphémère, chaque matin, une fleur s’ouvrira, se fanera et sera remplacée le lendemain par une autre et ainsi de suite dans un ballet incessant.

 

hemerocalle-plante-vivace

 

Quelle variété choisir ?

L’hémérocalle fauve était sans aucun doute la plus populaire, celle que l’on rencontrait le plus couramment dans les jardins et certainement l’une des plus anciennes mais maintenant oubliée puisque, déjà depuis quelque temps, de nouvelles aux coloris plus chatoyants comme le rouge grenat, le jaune canari et même des bicolores (les sépales d’une couleur, les pétales de l’autre) ont fait leur apparition dans les jardineries.

Celles-ci ont besoin d’être exposées en pleine lumière et au soleil pour donner le meilleur de leur teinte tandis que les fauves préféraient la mi-ombre. On trouve également des hémérocalles parfumées qui séduisent beaucoup telle que l’Étrusque de couleur d’un beau vieux rose ourlé de crème et au cœur jaune d’or. Odorante, elle est à planter dans un massif à fleurs exposé au soleil, fertilisé après la défloraison.

Il existe aussi 4 variétés d’hémérocalles : des dormantes dont le feuillage est caduc en hiver, des semi-persistantes et des persistantes ainsi que des remontantes qui refleurissent en septembre-octobre dans les régions du sud où le climat est beaucoup plus clément.

Comment entretenir et où planter l’hémérocalle ?

Dès mars, il suffit de planter l’hémérocalle à racines nues dans une terre riche en humus, au soleil ou à mi-ombre selon les espèces, dans un sol légèrement frais en permanence, bien drainé et l’hémérocalle fera le reste, elle se suffit à elle-même. En automne, l’hémérocalle provenant d’une division de touffe mère sera séparée et replantée.

En pleine terre : préparer le terrain en l’ameublissant et en apportant un peu de sable, de terreau pour que le sol soit plus léger et que l’eau ne stagne pas. Creuser un trou profond de 20 à 25cm, placer le rhizome en étalant bien ses racines puis les recouvrir de quelques centimètres de terre, tasser légèrement et arroser ; répéter l’opération en espaçant d’au moins 40 cm de toute autre plantation.

Si toutefois, le terrain est très humide, ne pas les enterrer si profond, disons à 15cm de profondeur pour que les racines ne trempent pas en permanence dans l’eau lorsque la terre en est gorgée par temps de pluie.

Les limaces étant friandes de ses bourgeons floraux, éparpiller autour des pousses d’hémérocalles quelques poignées de fin gravier ou de coquilles d’œuf broyées qui feront aussi bien l’affaire et ce qui, écologiquement, permettra d’utiliser ces déchets alimentaires ; ainsi les gastéropodes seront ralentis dans leur élan et rebrousseront chemin.

En pot : utiliser un pot profond d’au moins 30cm de hauteur minimum pour que les bulbes bénéficient d’un bon drainage au fond du pot (couche de billes d’argile ou de gravillons) puis de 20cm de terreau de feuilles sur lequel sera déposée une potée de 3 bulbes recouverts de 10cm de terreau mélangé à un tiers de terre de bruyère pour les lys orientaux dont l’hémérocalle fait partie.

Les lys fleurissent généreusement la première année aussi, dès que le feuillage se fane, il est préférable de les replanter en pleine terre pour qu’ils restent productifs et donnent le meilleur d’eux-mêmes.

De culture très facile, l’hémérocalle a de nombreux adeptes qui l’emploient pour couvrir des endroits difficiles à cultiver car elle demande peu de soins sinon qu’on lui prête un peu d’attention après sa défloraison :

  • tailler les hampes florales séchées en les coupant au plus près du sol et laisser les feuilles encore vertes,
  • griffer la terre de surface pour l’amender de compost afin de préparer la saison suivante avant l’hiver.

Ainsi l’hémérocalle va se reconstituer et fournira davantage de boutons floraux sur une même tige; à l’automne et avant les gelées, couvrir ses rhizomes d’un paillis de feuilles la protégera des rigueurs hivernales.

En situation privilégiée, dans un climat de type méditerranéen, certaines variétés modernes dites « remontantes » ont une nouvelle floraison à l’automne, en septembre et octobre, quand beaucoup de fleurs se préparent à entrer au repos, ceci permet d’avoir un jardin fleuri un peu plus longtemps.

Très rustique et très résistante au gel, l’hémérocalle accepte des températures pouvant descendre jusqu’à -20°C, de plus elle ne craint aucune maladie, il n’est donc pas nécessaire de la traiter, ni de l’arroser car elle n’aime pas l’humidité excessive, les feuilles se tacheraient de rouille, elle doit être installée dans un sol bien drainé. Bien étiqueter l’emplacement car leur feuillage disparaît en hiver.

Comment les multiplier ?

Par division : après 5 années au même endroit, lorsqu’elles commencent à envahir le territoire de leurs voisines, juste après la défloraison, par temps favorable diviser les touffes-mères lorsque les tiges commencent à jaunir avant que les hémérocalles entrent en période de repos et bien sûr avant les gelées. Il suffit de séparer les bulbes en plusieurs parties et de les replanter un peu plus loin.

Les hampes prenant trop d’ampleur au fil du temps au détriment des fleurs, cette opération redonnera de la jeunesse, de la vigueur aux rhizomes et une floraison plus intense. Se munir d’une bêche bien tranchante pour sectionner les touffes anciennes en 3 ou 4 morceaux, les secouer pour faire tomber la terre, couper l’extrémité des racines et replanter aussitôt afin que des radicelles se développent et confortent la reprise avant les premières gelées.

Par semis : les graines doivent être semées dans un mélange de terreau et de sable, y laisser les plantes une année puis les repiquer en pépinière ou dans une véranda pour qu’elles s’étoffent. Il faudra s’armer de patience car il faut compter 3 à 4 ans avant de voir leur première floraison.

 La fiche d’identité

Appellation : Hémérocalle fauve, Hémérocalles fulva, lys d’un jour.

Famille : liliacées.

Hauteur : 30/ 120 cm.

Situation : ensoleillée ou à mi-ombre dans une terre bien drainée, riche en matières organiques.

Floraison : de juin à août.

Couleur: blanc, jaune, orange, rose, rouge, bicolore…

Plantation : en racines nues, dès mars dans un sol bêché, additionné de terreau et de sable pour assurer un bon drainage.

Espacement : 50cm et 30cm pour une variété naine.

Profondeur : le collet enterré 3cm de profondeur.

Entretien : enlever les fleurs fanées pour l’esthétique, ce qui permet aussi à la tige porteuse de ne pas s’épuiser inutilement.

Arrosage : à la plantation et par temps sec.

Culture en pot : pour balcon ou terrasse, choisir une variété naine remontante comme la « Stella de Oro », d’un beau jaune d’or très lumineux – l’installer dans un pot assez profond et assez large dans de la terre mélangée à du terreau.

Multiplication : par semis ou par division des touffes à l’automne, tous les 5 ans, après la floraison.

Semis : mars-avril.

Conseils : supprimer les longues hampes florales fanées au fur et à mesure.

Maladies : néant.

Parasites : limaces, traitement naturel : sciure, cendre de bois, ou coquilles d’ œuf séchées pour les broyer plus facilement et les épandre aux pieds des plantules. – pucerons, traitement naturel : coccinelle.- araignées rouges, traitement naturel : purin de feuilles de rhubarbe.

Contrats assurance logement

Economisez sur
votre assurance habitation

Comparez les offres

Devis gratuits en moins de 3 minutes