Contrats assurance logement

Economisez sur
votre assurance habitation

Comparez les offres

Devis gratuits en moins de 3 minutes

Mesures d’urgence en cas d’intempérie

En souscrivant un contrat d’assurance habitation, les assurés sont protégés contre les intempéries comme une tempête de vent ou une inondation par exemple. Les intempéries provoquent de nombreux dégâts que ce soit sur le bien immobilier lui même mais également sur le mobilier et les extérieurs. Après avoir subi, une intempérie, les victimes doivent faire face à de nombreux frais liés aux diverses réparations et rénovations. C’est à ce moment qu’entrent en jeu les garanties intempéries prévues dans le contrat d’assurance habitation permettant aux sinistrés d’être indemnisés.

mesures-urgence-intemperie

Intempérie : certaines modalités à respecter

Les garanties protégeant les assurés contre les risques d’intempéries, tempête de vent, de neige, coulées de boue, sécheresse, forts changements climatiques etc, sont présentes et obligatoires dans les contrats d’assurance habitation. Certaines zones géographiques sont bien plus sensibles face à ces intempéries, c’est pour cela qu’au moment de la souscription du contrat d’assurance, les assurés doivent préciser à leur assureur la situation géographique précise de l’habitation. Ce dernier pourra alors mettre en place des clauses et des garanties spécifiques.

Pour que les victimes puissent jouir de ces garanties en cas d’intempérie, certaines modalités sont à respecter avant de déclarer le sinistre auprès de la compagnie d’assurance.

Pour rappel, après avoir subi une intempérie, les sinistrés doivent avant de commencer les démarches d’indemnisation, se procurer auprès de Météo France un « certificat d’intempérie » attestant que les dégâts observés sont liés à des conditions météorologiques anormales. Sans ce document, l’assureur pourra refuser toute prise en charge.

Que faire en cas d’intempérie ?

À l’approche d’une intempérie, les assurés doivent impérativement mettre en place certains dispositifs de prévention et de sécurisation pour diminuer les risques de dégâts et de potentiels dommages corporels :

  • Couper l’électricité : les occupants du logement doivent rapidement éteindre et débrancher l’ensemble des équipements électriques ainsi que l’antenne TV plus particulièrement en cas de fortes pluies et de vent. Si un groupe électrogène est utilisé il est impératif de le placer à l’extérieur du logement.
  • Mettre à l’abri les objets extérieurs : en présence de vents forts, les objets situés à l’extérieur pourront être emportés par le vent et par conséquent peuvent blesser quelqu’un ou endommager d’autres biens.
  • Se renseigner sur l’obligation de quitter les lieux : dans certaines situations extrêmes, les collectivités demandent aux habitants de quitter leur domicile le temps du sinistre notamment dans le cas d’une inondation.
  • Condamner le logement : les habitants doivent fermer toutes les entrées du logement (portes, fenêtres, etc). Et laisser les grilles de ventilation libres, il est important de ne pas les obstruer.
  • Conserver les biens endommagés : comme pour tout autre sinistre, les victimes doivent dans la mesure du possible conserver l’ensemble des biens même ceux détruits et endommagés qui serviront de preuves aux yeux de l’assurance. Tous documents attestant la valeur des biens détruits et les factures des travaux urgents de réhabilitation doivent être également regroupés.

Lorsque l’intempérie se déclare, il est important de stopper toute activité en plein air et de se mettre à l’abri du vent ou de l’eau.

Une fois la déclaration du sinistre effectuée auprès de l’assureur, ce dernier fera intervenir un expert qui déterminera l’ampleur des dégâts et de ce fait le montant des indemnités. Dans les cas les plus extrêmes, certaines compagnies d’assurance prévoient des assistances de relogement temporaire et des aides au déménagement si le logement n’est plus habitable.