Vous êtes ici : Les-masure.fr » Bricolage » Fiches pratiques » Fermer une mezzanine : comment faire ?

Fermer une mezzanine : comment faire ?

Dans une maison, une mezzanine apporte un charme assez apprécié. En effet, cette structure donne un effet de hauteur à la pièce de vie, sur laquelle elle donne la plupart du temps, et permet à la lumière naturelle de traverser la maison de part en part.

Pourtant, le reproche fait par les propriétaires de maison possédant une mezzanine, c’est que cette pièce n’en est pas vraiment une. Difficile de lui donner une fonction, comme une chambre ou un bureau, qui demande de l’intimité ou du calme. Et à l’heure où les maisons ne sont pas toujours immenses, cette mezzanine semble faire perdre de l’espace qui pourrait être plus utile dans une autre configuration. D’où l’intérêt de la fermer pour lui donner une réelle fonction.

fermer une mezzanine

Fermer une mezzanine : définir son projet et ses besoins

Avant de se lancer à corps perdu dans la fermeture d’une mezzanine, il est conseillé d’étudier ses besoins, ses souhaits, mais également les contraintes imposées par la pièce ainsi, évidemment, que le budget qui sera alloué à ses travaux.

Fermer une mezzanine peut avoir plusieurs intérêts : pour quelques personnes, cela peut avoir pour objectif de faire des économies de chauffage ou gagner en température en hiver dans les pièces du rez-de-chaussée. Pour d’autres personnes, cela peut avoir pour utilité de limiter la propagation du son des pièces du haut vers le bas ou inversement, notamment lorsque de jeunes enfants dorment à l’étage, ou au contraire, jouent bruyamment.

Mais pour la plupart des propriétaires, fermer la mezzanine offre l’opportunité de gagner une pièce principale supplémentaire, que cela soit un bureau, une chambre à coucher ou un dressing.

Dans un premier temps, il est important de mesurer la taille de la pièce une fois qu’elle sera fermée, ce qui sera utile pour déterminer si le projet est viable. En effet, pour être considérée comme pièce principale, une salle doit faire au moins 7 m². Pour une chambre, 9 m² minimum est la norme. Si cela peut paraître sans importance, cela en aura si un jour le propriétaire revend son bien.

De plus, il est nécessaire de mesurer la hauteur de cette pièce, notamment si la mezzanine est située sous des toits inclinés. En effet, un espace ouvert peut sembler grand de visu, mais sera finalement très petit et pas forcément utilisable une fois fermé. Ainsi, la réalisation d’un plan, sur papier, intégrant les différentes dimensions, mais aussi les futurs meubles permet de s’imaginer plus facilement si le projet est réalisable.

Ensuite, la deuxième réflexion concerne l’éclairage. En effet, si d’ordinaire, la mezzanine est éclairée naturellement par les fenêtres du rez-de-chaussée, sa future fonction une fois fermée dépendra de l’existence ou non d’une fenêtre. Difficile d’imaginer une chambre ou un bureau sans fenêtre, pour des questions de clarté évidemment, mais aussi d’aération. Pour un dressing, cela sera moins important.

Enfin, d’autres réflexions doivent avoir lieu suivant l’usage futur de la pièce. Vérifier que celle-ci possèdera assez de prises électriques et que celles-ci soient bien situées est important. Idem pour la lumière artificielle. De plus, une mezzanine peut gagner une fonction de seconde salle de bain, afin par exemple de créer une suite parentale. Là, une étude précise, réalisée par un professionnel, sera nécessaire pour vérifier dès à présent la possibilité de créer cet aménagement qui donne une valeur supplémentaire à la maison.

Enfin, dernière grande question : le budget. En effet, fermer une mezzanine peut coûter quelques dizaines d’euros pour une fermeture amovible, type rideaux, à plusieurs milliers d’euros pour la création d’une nouvelle pièce totalement fermée. Mais selon la fonction souhaitée pour cette pièce et les besoins et contraintes en termes d’acoustique, de luminosité et de modification du réseau électrique ou de plomberie, ces dépenses seront justifiées.

Les solutions peu coûteuses : les rideaux et lames pivotantes

La solution la plus simple pour fermer une mezzanine consiste bien évidemment à lui adjoindre des rideaux. Cela est facilement réalisable, soi-même, et est très peu coûteux. De plus, avec tous les styles et modèles existants dans le commerce, le choix est large. Ainsi, on pourra également penser aux panneaux japonais ou aux stores, qui donnent bien souvent un résultat plus élégant.

Les tringles peuvent se poser soit sur les murs latéraux de la mezzanine, soit directement sur le plafond. Il suffit de mesurer les dimensions de la pièce pour acheter les bonnes tringles, et de vérifier que celles-ci soient droites avant de se lancer dans le perçage des trous de fixation. Si le plafond est en pente, il est de bon ton d’utiliser des systèmes de fixations spécifiques, qui s’adapteront mieux.

Cette solution, en plus du coût assez faible, maintient la possibilité de conserver l’allure de la mezzanine dans l’allure de la maison et de faire de cet espace un endroit multifonction. De plus, en cas de manque de lumière, il suffira de tirer les rideaux.

Par contre, cette solution a plusieurs limites. En effet, difficile de créer dans cet espace une chambre, sauf pour une utilisation exceptionnelle, ou un bureau, du fait que le rideau ne viendra en aucun cas limiter la propagation sonore. De plus, cet espace ne sera pas vraiment considérer comme une nouvelle pièce.

Outre les rideaux, il existe dans le commerce des lames orientables qui pivotent sur elles-mêmes. Réalisés en bois, ces lames sont très simples à installer, puisqu’elles sont bloquées à la fois à leur base et à leur sommet, sans même percer de trous. Vendues aux alentours de 25 € l’unité pour les lames les plus abordables, elles peuvent permettre de fermer une mezzanine à certains moments, tout en permettant de faire entrer de la lumière en les pivotant. Cette solution donne un rendu souvent plus esthétique qu’un simple rideau.

Les cloisons amovibles

Avec un peu plus de budget, les cloisons amovibles sont une solution médiane, qui ferment la pièce lorsque cela est nécessaire en laissant toutefois la possibilité de rouvrir l’espace selon les moments. Le rendu est souvent agréable pour un coût qui reste bas et surtout, la possibilité de réaliser les travaux soi-même. Ce dernier critère sera toutefois difficile à respecter lorsque la mezzanine est sous un toit en pente, car il sera compliqué de trouver des cloisons de la bonne dimension.

L’aménagement ne demandera qu’une heure ou deux tout au plus : après avoir déterminé l’emplacement des rails bas et haut, ceux-ci seront fixés avant d’installer les cloisons. Souvent, à la manière d’un placard, les cloisons fonctionnent par paire. Elles peuvent être légèrement vitrées pour laisser passer la lumière naturelle.

Par contre, toujours pour des questions phoniques, difficile d’imaginer transformer la mezzanine en chambre. La cloison ne coupera pas du bruit.

Fermer une mezzanine : monter une cloison définitive

Ainsi, s’il est nécessaire de couper toute propagation de bruit entre la pièce issue de la mezzanine et le reste de la maison, monter une véritable cloison restera la meilleure solution.

Le coût reste encore abordable au niveau des matériaux. En effet, il suffit d’acheter des rails métalliques sur lesquels seront posées des cloisons en plâtre mesurées et coupées à la scie. Entre les deux plaques de plâtre, la laine de verre isolera du froid et du chaud mais aussi et surtout au niveau de la propagation du bruit. Il ne reste plus qu’à peindre ou tapisser les plaques de plâtre. Pour quelques centaines d’euros, une pièce sera ainsi créée.

L’avantage de cette méthode est qu’elle reste facile à réaliser même lorsque le plafond est en pente. En effet, que ce soit les rails de l’ossature ou les plaques de plâtres, tout se coupe simplement, sans forcément posséder de matériels très évolués.

Toutefois, en cas de difficulté, un professionnel peut réaliser ce type de travaux, qui ne demanderont pas plus d’une journée ou deux.

Le principal inconvénient de cette méthode réside dans le fait que la luminosité de la pièce du rez-de-chaussée ne pourra plus irriguer la nouvelle pièce. Si la mezzanine ne possède pas de fenêtre propre, cela sera un gros problème. Une des solutions pour créer une véritable pièce tout en profitant de la lumière naturelle peut être d’insérer dans le mur nouvellement créé une verrière. Très à la mode, ces verrières, que l’on achète directement montées dans le commerce, ont l’avantage d’être plutôt légères et de donner un cachet à toute la pièce. En ajoutant un rideau intérieur à cette verrière, une utilisation en tant que chambre ou bureau est possible, même si la pièce sera moins bien isolée du bruit qu’une cloison pleine.

Seule ombre au tableau de la verrière, le coût. Celui-ci est assez élevé. De plus, dans ce type de travaux, faire appel à un professionnel est plutôt recommandé pour un résultat optimal.

Laisser libre court à son imagination

Enfin, il faut savoir qu’en termes d’aménagement, tout est possible. La seule limite est celle de sa propre imagination. Ainsi, par exemple, de grandes bibliothèques peuvent cloisonner la mezzanine tout en offrant des rangements. Pour cela, de simples meubles récupérés ou achetés chez les grands revendeurs et customisés sont abordables.

Il est aussi possible de créer un sentiment de fermetures avec des claustras, c’est à dire des structures de bois ouvertes, qui continuent à donner un sentiment de verticalité à la pièce et maintiennent la luminosité de celle-ci.

Contrats assurance logement

Economisez sur
votre assurance habitation

Comparez les offres

Devis gratuits en moins de 3 minutes