Vous êtes ici : Les-masure.fr » Comparatif piscine : quel type de piscine choisir ? » Piscine naturelle : le guide

Piscine naturelle : le guide

Que l’on l’appelle piscine écologique, piscine biologique ou baignade artificielle, la piscine naturelle est une nouvelle alternative à la piscine classique. Née en Autriche au milieu des années 80, et réservée à la base à des lacs artificiels, la piscine naturelle est désormais adoptée par des particuliers, qui voient dans ce type de piscine une façon de profiter d’un lieu de baignade tout en respectant l’environnement.

Toutefois, par rapport à une piscine classique, le fonctionnement, l’entretien, le chauffage, voire le coût d’une piscine naturelle diffèrent. Jusqu’à quels points ? Faisons le tour d’horizon de ce qu’il faut savoir sur cette piscine en vogue.

piscine naturelle

Qu’est-ce qu’une piscine naturelle ?

Contrairement à une piscine classique, enterrée ou hors sol, dans lequel un traitement à base de chlore permet la baignade en toute sécurité, la piscine naturelle ne réclame aucun produit. En effet, la biodiversité, avec la présence au sein de la piscine de plantes spécifiques, permet le traitement de l’eau. Ainsi, la baignade est très agréable, avec une eau moins agressive pour la peau.

Ainsi, la piscine naturelle s’insère dans le jardin avec davantage de discrétion, mettant en avant la proximité de la nature. Mais attention, une piscine naturelle n’est pas une simple mare, dans laquelle la nature prendrait rapidement le dessus, et avec donc la présence d’algues, de vase ou d’une eau verdâtre. La piscine naturelle est au contraire un lieu dans lequel on se sert des plantes naturelles pour obtenir une eau parfaitement claire et pure.

Comment fonctionne une piscine naturelle ?

Une piscine naturelle est habituellement fabriquée en béton, même si celui-ci est caché. Ainsi, il n’existe pas de piscine naturelle avec une coque. Son fonctionnement est basé sur deux ou trois zones distinctes, qui ont chacune un rôle extrêmement important, bien qu’à l’œil, ces zones se fondent dans l’environnement :

  • la zone de baignade, de toute forme et de toute taille, est dédiée, comme son nom l’indique à la baignade. Elle comprend dans la majorité des cas un filtre pour le sable.
  • la zone de filtrage est la partie clé du fonctionnement de la piscine naturelle. Moins grande et moins profonde que la zone de baignade, avec une profondeur de 60 cm maximum, elle contient les plantes qui assainissent et filtrent l’eau de toute la piscine, en réalisant l’action de lagunage. Selon les régions, les lotus, les nénuphars, les nymphéas sont directement présents dans l’eau. Près d’elles, on retrouve principalement des châtaignes d’eau, des hydrocharidées ou des plantes plus exotiques, comme la jacinthe ou la laitue d’eau. Ces plantes cohabitent avec une zone filtrante composée de roches, comme du calcite ou du quartz, ou des gravillons comme de la pouzzolane. La zone de filtrage est donc un condensé naturel organisé et réfléchi.
  • enfin, dans certains cas, sans que cela ne soit obligatoire, la piscine peut comprendre une zone de régénération, dont l’objectif est d’apporter de l’oxygène à l’eau. On trouve cette zone sous la forme d’une cascade, qui donne d’ailleurs un charme merveilleux à l’installation.

La piscine fonctionne grâce à une pompe qui lance le processus de filtration. L’eau passe d’abord par la zone de filtrage, où elle est débarrassée de ces impuretés par les plantes, et se dirige naturellement vers la zone de baignade, où elle arrive totalement pure et cristalline.

Bien évidemment, la piscine naturelle est un véritable écosystème. Dans un jardin, elle favorise la venue d’une faune, qui joue d’ailleurs un rôle extrêmement important pour faire vivre les plantes de la piscine. Ainsi, une piscine naturelle contient, dans la zone de filtrage, des escargots, des insectes, des puces d’eau. Le concept est donc très différent de la piscine traditionnelle. Par contre, il faut savoir que malgré la présence d’eau et de végétaux, la piscine naturelle n’attire pas les moustiques. En effet, ceux-ci aiment les eaux stagnantes, ce qui n’est pas le cas d’une piscine écologique. Idem pour les grenouilles, qui préfèrent à priori les mares plus sales.

Comment entretenir une piscine naturelle ?

Contrairement à une piscine classique, la piscine naturelle demande moins d’entretien. En effet, si une piscine classique traitée au chlore peut facilement virer au vert, à cause d’un traitement pas assez suffisant, ou de périodes de trop grosses chaleurs, ce risque n’existe pas dans une piscine écologique, si la température de l’eau n’est pas trop élevée. Ainsi, sa température idéale est de 24-25°C.

Par contre, il vaut mieux posséder un robot pour piscine qui va enlever toutes les impuretés de la zone de baignade. En outre, les parois ont besoin d’être nettoyées régulièrement pour éviter un éventuel encrassement d’algues. Enfin, comme pour une piscine classique, une épuisette suffit pour enlever les feuilles mortes de la surface de l’eau.

Au-delà du nettoyage, la piscine naturelle demande l’adjonction d’eau régulièrement, pour remplacer celle qui s’est évaporée.

Enfin, les jardiniers en herbe apprécieront les piscines naturelles. En effet, la zone de filtrage se doit d’être légèrement entretenue. Pour cela, une taille des plantes est nécessaire à l’automne. S’il faut noter un entretien plus important lors des mois de baignade, cela est beaucoup moins vrai en hiver. Lors de ces périodes, il suffit d’enlever les feuilles présentes à la surface de l’eau toutes les quatre semaines. De fait, ce travail léger suffit à retrouver une piscine prête à l’emploi lors de l’arrivée des beaux jours.

Comment chauffer une piscine écologique ?

La piscine naturelle n’est pas seulement un lieu de baignade, c’est aussi le lieu de vie de toute une flore. Sans l’action de celle-ci, l’écosystème de la piscine n’est pas viable. De fait, un des inconvénients de la piscine naturelle est qu’elle craint l’eau trop chaude, qui a pour effet de tuer les plantes. Ainsi, au-delà de 25 °C, certaines plantes souffrent.

Ainsi, c’est pourquoi la piscine naturelle peut être difficilement construite en plein soleil. Une zone ombragée est davantage indiquée pour ce type d’installation, même si rien n’empêche de laisser le soleil taper sur la zone de baignade.

De fait, pour ces raisons, il n’est pas possible d’avoir une piscine biologique avec une eau à 30°C. Toutefois, il est possible de posséder un système de chauffage pour arriver à la température idéale de 25°C et ainsi de pouvoir se baigner en moyenne saison. Pour faire chauffer la piscine, les abris de piscines sont à proscrire. Les solutions idéales sont les capteurs solaires ou l’utilisation d’une pompe à chaleur. Le capteur solaire a le mérite d’être une solution écologique et d’éviter les dépenses énergétiques.

A noter que la piscine naturelle n’est pas forcément froide. En effet, lorsqu’elle investit la zone de filtrage, qui est assez peu profonde, l’eau se réchauffe, et arrive plutôt douce dans la zone de baignade. La présence d’une zone de régénération accentue encore davantage le réchauffement de l’eau, qui peut facilement gagner 5 ou 6°C de température.

Ainsi, pour résumer, la piscine naturelle doit rester naturelle. La réchauffer a forcément un impact sur la biodiversité. Si l’eau est trop froide, il est possible de la réchauffer. Mais il est conseillé d’utiliser ces chauffages avec parcimonie.

Comment construire une piscine naturelle ? Et pour quelle surface ?

La piscine naturelle laisse libre court à l’imagination de chacun. En effet, ce type de piscine peut avoir la taille et la forme souhaitée. Ainsi, des bassins de 50 m² aux véritables étangs de plusieurs hectares, tout est possible, tant que le portefeuille suit. En outre, grâce à une réalisation à partir de béton, qui est masqué par la suite, la piscine écologique s’adapte à tous les terrains, même ceux escarpés, sur lesquelles la piscine vient s’appuyer grâce à une cascade.

Toutefois, contrairement à une piscine classique, installer soi-même une piscine naturelle demande des connaissances très précises, à la fois en maçonnerie, en bricolage et en jardinerie. Il est conseillé de passer par des piscinistes habitués à travailler sur ce type de projet. Originaires d’Allemagne, d’Autriche ou de Suisse, les sociétés Bionova, Biotop, Techmaster ou Bioteich sont les plus renommées en matière de construction de piscines naturelles. Implantées désormais en France, elles proposent une ou deux variantes de piscines : soit la piscine en béton, construite sur mesure, soit la piscine en kit. Cette dernière s’adresse plus facilement aux personnes qui souhaitent réaliser leur piscine eux-mêmes. Le kit est alors composé d’un système de filtration, d’une structure en bois, et des différents accessoires d’une piscine, de l’échelle d’accès aux galets servant pour le décor.

L’avantage d’avoir recours à un professionnel est qu’il va savoir si l’emplacement choisi convient, si le sol s’adapte à la piscine, mais également quels types de plantes devront être choisis selon la région afin d’avoir une bonne filtration mais aussi un écosystème viable sur le long terme.

Avant le démarrage du projet, une déclaration préalable de travaux doit être déposée en mairie, si la piscine a une surface comprise entre 10 et 100 m². La demande d’un permis de construire n’est obligatoire que si la surface est supérieure à 100 m² ou que la profondeur excède 2 mètres. Ainsi, en étant considérée comme une mare et non comme une piscine, la piscine écologique voit les règles administratives être plus souple.

Enfin, il est à noter que si la piscine demande des travaux de construction d’environ deux mois chez un professionnel, il faudra compter quelques jours de filtration avant d’obtenir un bassin totalement pur. Normalement, les professionnels effectuent des tests, à deux ou trois reprises pendant l’année qui suit la construction, afin de vérifier la pureté de l’eau.

Quel est le prix d’une piscine naturelle ?

Une piscine naturelle coûte chère, en tout cas légèrement plus chère qu’une piscine classique. C’est l’inconvénient de ce système.

A la construction, il faut compter un prix compris entre 15 et 45 000 €, en fonction de la taille des bassins, du travail préalable de terrassement et des installations prévues autour, comme une terrasse par exemple. Installer une piscine naturelle demande un savoir-faire que n’ont pas tous les piscinistes. Ainsi, un prix de 500 à 700 € par mètre carré doit être pris en compte avant de se lancer dans le projet.

Au niveau de l’entretien, un budget annuel est nécessaire. Par rapport à la piscine classique, aucun frais de produits chimiques ou de filtre n’est à compter. Par contre, l’eau s’évaporant en plus grande quantité dans ce type d’installation, en rajouter régulièrement à un coût non négligeable, à calculer suivant la taille du bassin.

En outre, une pompe enterrée et peu bruyante fonctionne en continu dans une piscine naturelle. Chaque année, le surplus de consommation électrique est d’environ 4 000 kWh. A cela s’ajoute éventuellement les dépenses éventuelles de pompe à chaleur, si la solution économique des systèmes solaires n’est pas choisie pour réchauffer l’eau.

Enfin, il reste la question des frais d’impôts. Et à ce niveau-là, la piscine naturelle est gagnante. En effet, elle n’est pas considérée comme une piscine, donc sa présence ne donne pas lieu à une hausse des impôts locaux, taxe foncière en tête.

Pourquoi choisir une piscine naturelle ?

Il est vrai que la piscine naturelle a quelques inconvénients : chère à l’achat, elle demande le respect d’une température maximum de 25°C, consomme plus d’eau, et attire quelques insectes dans son écosystème. En outre, on ne peut pas se baigner dans une piscine naturelle avec de la crème solaire, qui contient des produits chimiques dangereux pour la flore.

Mais à côté de cela, la piscine écologique est un paradis pour l’homme. Se baigner dans une eau limpide, dénuée de chlore et autres produits agressifs pour la peau, au milieu d’une végétation magnifique, que peut-on rêver de mieux ? La piscine naturelle est la piscine de luxe, qui se fond dans un décor totalement naturel et qui promeut le respect de la faune et de la flore. De n’importe quelle taille et de n’importe quelle forme, elle s’invite dans son environnement sans dénaturer celui-ci.

De plus, la piscine naturelle demande un entretien très sommaire et finalement moins cher que pour une piscine classique.

La piscine écologique est donc le must-have pour les amoureux de la nature, pour tous ceux qui souhaitent maintenir la biodiversité, tout en profitant d’un véritable espace de bien-être !

Les autres types de piscines




Evaluez cet article

Contrats assurance logement

Economisez sur
votre assurance habitation

Comparez les offres

Devis gratuits en moins de 3 minutes