Vous êtes ici : Les-masure.fr » Jardinage » Fleurs et plantes » Les vivaces » Rosier grimpant : plantation, culture et entretien

Rosier grimpant : plantation, culture et entretien

Distinguée, envoûtante,  qu’elle soit ancienne ou moderne, sauvage ou cultivée, depuis la nuit des temps la rose est présente dans tous  les jardins et en émerveille plus d’un !

Quel est le meilleur moment pour planter un rosier  et comment ?

Un vieux dicton affirme : « A la Sainte Catherine (25 novembre) tout bois prend racines ». Scrupuleusement, le jardinier s’en tient au conseil des anciens et ne semble pas déçu ! Planter à la Sainte Catherine lui garantit une reprise plus certaine pour tout arbre ou arbuste à racines nues, tel que le rosier.

Pour cela, il suffit de préparer un trou d’environ 60 cm de diamètre et de creuser sur une profondeur de 40 cm. Remplacer la terre enlevée par un mélange de terreau composé de fumier de cheval, de tourbe et 2 à 3 poignées de poudre d’os, le tout mélangé avec un tiers de terre du jardin. Verser au fond du trou, la moitié du mélange puis disposer le rosier bien au centre en étalant délicatement les racines afin qu’elles ne se cassent pas et prennent une bonne assise. Recouvrir copieusement le dessus de la motte avec le reste de la préparation car avec l’arrosage la terre va se tasser. Faire une cuvette tout autour du rosier et arroser suffisamment puis pailler de manière à préserver l’humidité, indispensable à la reprise.

Il faut savoir que lorsqu’un rosier vient d’être installé, il met deux années pour s’implanter, aussi il doit être arrosé régulièrement pendant les deux premières années pour que les radicelles deviennent de solides racines qui iront d’elles-mêmes chercher en profondeur l’eau nécessaire à leurs besoins.

Apporter un support au rosier grimpant

Parmi les nombreuses variétés que l’on trouve sur le marché, l’un des plus spectaculaires, ployant  sous  le poids d’une myriade de petites roses aux couleurs éclatantes, le rosier grimpant en isolé attire le regard du visiteur dès qu’il franchit la porte du jardin car il  n’en  finit pas de monter, monter vers la lumière et le soleil pour atteindre plus de 2m de hauteur, voire 4-5 m selon les espèces et même plus. Quelle prestance!

Ses longues et solides tiges-lianes courent  sur le support que le jardinier lui a confectionné, contre  un mur ou un patios car il a besoin d’être guidé et soutenu vu la longueur et lourdeur de ses branches souples en pleine floraison qui explose en quelques semaines. Ce rosier  mérite bien de figurer dans tout jardin même si celui-ci  ne fait que quelques mètres carrés.

Bien arrosé, dans un grand pot, sur un balcon ou sur une terrasse, au soleil, il fera des envieux si il est palissé sur un treillage où les tiges pourront être guidées et attachées avec des liens en plastique verts (pour plus d ‘esthétique) qui se confondront alors avec la couleur des feuilles. Ses nombreuses  fleurs miniatures aux pétales finement découpés forment de jolis pompons de couleur rose, jaune… Les anciennes variétés tiennent la forme!

Comment entretenir et tailler un rosier grimpant ?

Pour  prolonger l’éclosion de ces petites roses, enlever  au fur et à  mesure les fleurs  fanées, ainsi d’autres verront le jour. Il est  bon de lui donner de l’engrais avant et pendant sa floraison, le rosier  n’en sera que plus florifère et ses fleurs plus lumineuses. Ne vous privez donc pas d’enterrer des peaux de banane au pied du rosier, c’est un excellent  engrais naturel, économique et bon pour l’environnement.

Pour un rosier en pleine forme, le jardinier surveille minutieusement le dessus et le dessous des feuilles. Dès qu’une feuille présente des taches noires, de rouille ou d’oïdium, il la supprime ce qui évite la propagation de ces champignons. Ceci semble fastidieux mais cela évite de traiter le rosier pour un aussi bon résultat.

Après 5 à  6 semaines d’une intense production, les dernières roses fanées seront coupées et les tiges porteuses légèrement raccourcies, ce qui permettra à ce  rosier de garder une belle allure, de se régénérer et de former  de nouvelles branches pour l’an prochain. Ce rosier non remontant fleurit de mai à juin sur les rameaux de l’année précédente. Il se taille donc en fin de floraison vers le mois de juillet et ce, seulement à partir de la troisième année, contrairement au rosier remontant qui, lui fleurit sans interruption tout l’été jusqu’aux gelées et qu’on rafraîchit à l’automne en raccourcissant légèrement les rameaux de l’année et qu’on taille à la fin de l’hiver.

Dès le printemps, il suffira d’amender le sol de terreau et de biner régulièrement l’emplacement pour aérer la terre afin que ses racines puissent profiter de la pluie à  venir et afin d’éviter l’installation de maladies (des taches noires, la rouille, l’oïdium) que l’on traitera de manière écologique en vaporisant les feuilles du rosier de purin d’ortie ou de fougère (lutte contre les pucerons et autres parasites – renforce les défenses des plantes), de rhubarbe (lutte contres les insectes) ou de prêle (lutte contre les taches noires – renforce les défenses des plantes). Pour éviter toute propagation des maladies, il va de soi qu’il faut prendre les précautions d’usage c’est-à-dire désinfecter à l’alcool à brûler tout outil utilisé lors de l’entretien des rosiers (sécateur, cisailles …).

Peut-on prolonger la vie d’un rosier ancien ?

Pour les rosiers âgés qui commencent à se fatiguer, il est possible de leur donner un coup de fouet, en supprimant le bois mort du rosier sur 2 ans (moitié du bois mort, la 1ère année et l’autre moitié, l’année suivante) car il ne faut pas que la taille soit trop radicale ce qui pourrait mettre en difficulté la pousse de jeunes tiges sur les branches saines qui vont prendre le relais. Compost et engrais naturels agrémentés de nombreux arrosages favoriseront cette repousse.

rosier-grimpant-plante-vivace

Le rosier grimpant non remontant : la fiche d’identité

Appellation : Rosier grimpant non remontant.

Famille : Rosacées. Type : arbuste à fleurs

Hauteur : entre 2 et 10m.

Situation : ensoleillée dans un sol riche et léger, bien drainé et frais.

Floraison : mai-juin.

Couleurs : rose, rouge, blanc, jaune, orangé…

Plantation : en toute saison hors gel ou sécheresse. En racines nues, le meilleur moment est le 25 novembre car « A la Sainte Catherine, tout bois prend racines ».

Espacement : 60 cm. Profondeur : 40cm.

Entretien : apport d’engrais avant et pendant la floraison, supprimer les fleurs fanées – exposé au vent, tuteurer le rosier.

Arrosage : pour une bonne reprise, arroser régulièrement les deux premières années.

Culture en pot : dans un profond et large pot en disposant une couche de graviers pour le drainage. Bien arroser car la terre sèche plus vite en pot et pailler pour maintenir la fraîcheur.

Multiplication : par bouturage mi-août.

Conseils : désinfecter à l’alcool à brûler les outils utilisés pour la taille des rosiers

Maladies : rouille si excès d’humidité – oïdium, traitement naturel : purin de prêle ou d’ortie. taches noires, traitement naturel : purin de prêle.

Parasites : pucerons – Traitement naturel : coccinelles, purin d’ortie ou de fougère.

Contrats assurance logement

Economisez sur
votre assurance habitation

Comparez les offres

Devis gratuits en moins de 3 minutes