Vous êtes ici : Les-masure.fr » Bricolage » Fiches pratiques » Cimaise : définition, types et utilisation

Cimaise : définition, types et utilisation

Bien connue des amateurs de visites de musée, la cimaise est l’installation qui permet de fixer les tableaux, mêmes lourds, au mur, et de modifier l’emplacement de ces derniers facilement, sans avoir à percer à chaque fois de nouvelles fixations au mur. Les cimaises ont aussi envahi les intérieurs des particuliers, amateurs de murs décorés de tableaux ou de cadres photos de grand format.

Il existe cependant désormais différents types de cimaises, plus ou moins pratiques à installer, plus ou moins discrètes, et composées de divers matériaux. De quoi intégrer parfaitement cette installation dans son intérieur.

cimaise

Qu’est-ce qu’une cimaise ?

Tout au long de l’histoire, le terme de cimaise, qui provient de la Grèce antique, a désigné différents types d’éléments, tant en architecture qu’en ébénisterie et en décoration. Ainsi, à l’origine, le mot cimaise est utilisé pour évoquer une moulure positionnée sur une corniche. Ainsi, tous les ordres grecs, doriques, ionique et corinthiens, ainsi que l’architecture romaine, étaient composés d’un type de cimaises que l’on retrouvait en façade et à l’intérieur des temples et autres monuments de l’époque.

De fait, ce terme a fini par être utilisé pour désigner le même type de décorations, situé à la limite entre le mur et le plafond, mais cette fois-ci faites de bois. D’ailleurs, dans les musées, les premières cimaises d’accrochage de tableaux étaient réalisées dans cette matière noble. En effet, afin d’intégrer le système d’accrochage dans des bâtiments souvent prestigieux, on installait des moulures en bois en haut des murs, d’où descendaient les tiges et les crochets permettant la fixation des tableaux. Nous le verrons, ces systèmes en bois existent encore de nos jours, et donnent un rendu exceptionnel, en plus de rendre l’accrochage des tableaux pratiques.

Enfin, depuis des décennies, les cimaises désignent l’ensemble du système de fixation de tableaux et de cadres. Ces systèmes sont composés d’un rail en acier ou, plus régulièrement désormais, en aluminium, ainsi que tous les accessoires liés, tels que les tiges ou les câbles de fixation, et les crochets. Si aujourd’hui, le côté pratique de la cimaise a pris le dessus sur sa fonction esthétique, il est encore possible d’allier les deux !

Régulièrement, le nom de cimaise est aussi donné à des plinthes en bois courbées, sans système d’accroche, qui sont fixés au mur à environ 1m ou 1,20m du sol, permettant de casser la perspective de ce dernier. On retrouve encore ces cimaises dans les appartements de style haussmannien, où elles sont associées à des corniches et des moulures.

A quoi sert une cimaise ?

De nos jours, il existe des dizaines de façons d’accrocher un tableau ou un cadre au mur :

  • les clous et les vis : bien évidemment, les bricoleurs privilégieront en premier lieu les clous et les vis, fixés au mur grâce à des chevilles universelles ou expansives, pour les cadres les plus lourds.
  • la colle et l’adhésif double face : on trouve dans les rayons de magasins de bricolage des colles fortes, permettant de fixer des charges extrêmement lourdes, ainsi que des adhésifs double-face qui soutiennent des petits cadres de quelques kilos maximum.
  • enfin, dernièrement, des dispositifs d’accroches en Velcro évitent également de percer des murs et peuvent être utilisés pour de petits tableaux.

Néanmoins, tous ces dispositifs ont des inconvénients : dans un premier temps, ils servent à accrocher un tableau à un endroit précis, dans l’optique de laisser ce même objet au mur longtemps. En effet, si l’on souhaite changer de tableau ou son positionnement dans la pièce, il faudra sûrement reboucher le trou laissé par la cheville. En cas d’utilisation de colle ou d’adhésif, ces derniers laisseront des marques au mur, marques qui demanderont donc des menus travaux de peinture pour être enlevées. Bref, ces dispositifs ne sont pas pratiques lorsque l’on aime modifier régulièrement sa décoration.

Dans un second temps, excepté l’utilisation de chevilles et de vis, difficile de prétendre accrocher des cadres très lourds, sauf à prendre le risque de voir ceux-ci tomber. De fait, la cimaise est la solution idéale lorsque l’on souhaite changer régulièrement les tableaux ou modifier leur emplacement dans la pièce, sans avoir à réaliser des petits travaux de masquage ou de peinture. De plus, la cimaise permet d’accrocher des cadres de très grandes tailles, éventuellement très lourds, sans aucun risque et en étant sûr, en utilisation des câbles de même taille, que le tableau sera positionné de manière totalement droite.

Les différents types de cimaises

Il existe plusieurs types de cimaises. Celles-ci vont se différencier selon leur matériau de fabrication, leur mode de pose (au mur ou au plafond), le type de rail, leurs coloris, ou encore leur double fonctionnalité de support de tableau et de système d’éclairage.

Les cimaises en aluminium, en acier, en polyuréthane ou en bois

90 % des cimaise vendues dans le commerce sont désormais en aluminium ou en acier. Ce sont en effet les matériaux les plus accessibles financièrement, qui sont également solides et donc durables dans le temps. Dernièrement, des modèles en polyuréthane ont été développés. Ces modèles donnent l’impression d’être en plâtre. Leur découpe est aisée. Autre avantage de ces modèles, ils peuvent être peints très facilement, à l’aide d’une simple peinture acrylique. Cela permet d’intégrer plus facilement la cimaise à la décoration intérieure et d’en faire justement un élément de décoration et pas seulement un outil utile d’accrochage de cadres. D’ailleurs, certains modèles en aluminium et en acier peuvent également être peints. Pour cela, mieux vaut choisir des références qui possèdent déjà une primaire d’accrochage. De fait, il suffira de peindre une seconde couche avec la couleur de son choix.

Reste les cimaises en bois : ces moulures, semblables à des plinthes mais avec davantage de relief, donnent beaucoup de charme à la décoration intérieure. Placées en haut des murs, elles servent aussi à cacher les découpes de papiers peint, lorsque le mur en est doté. Ces cimaises en bois sont habituellement faites en pin ou en sapin, même si des modèles en bois exotiques se trouvent dans le commerce. Logiquement, ces cimaises peuvent être peintes. En optant pour le bois, il faudra somme toute logique débourser un peu plus d’argent, même si les modèles en conifères restent globalement abordables.

Quel que soit le matériau choisi, il est souvent conseillé d’installer des cimaises tout au long des quatre murs de la pièce, même si des tableaux ne sont pas fixés partout. En effet, cela rend le tout plus discret.

Les différents types de rails

Du côté des cimaise en acier ou en aluminium, les plus courants donc, il existe principalement deux types de rails, tout aussi efficaces l’un que l’autre :

  • les rails en J sont plus pratiques à utiliser, mais sans doute moins gracieux. Ils s’utilisent avec des tiges droites sur lesquelles viennent s’accrocher les tableaux. Le rail en J se prédestine principalement aux tableaux très lourds.
  • Les rails à glissière, plus discrets, permettent la fixation des cadres grâce à des câbles perlon, ces fils souples et transparents, ou grâce à des câbles en acier.

Chaque rail va posséder ses propres caractéristiques, avec par exemple son mode de fixation au mur, et une charge maximale qu’il va pouvoir supporter. Vérifier attentivement ces informations évite l’incident !

Les cimaises pour murs et pour plafond

En principe, les cimaises se posent contre le mur, à la commissure du plafond. Néanmoins, des modèles qui s’accrochent au plafond existent. Cela permet par exemple de contourner certaines problématiques, comme la fragilité des murs, qui peuvent être creux et limitent donc le poids des charges supportables.

Si cela est de nos jours rarement le cas, il est possible de profiter de l’existence d’un faux plafond pour y accrocher la cimaise. Celle-ci va alors se clipser sur les rails du faux plafond. La cimaise est alors invisible.

Il existe également des cimaises quasiment invisibles. Elles s’encastrent en effet entre le mur et le plafond et peuvent être peintes. Seul problème, et de taille, ce type de cimaises est à intégrer au moment de la construction de l’habitation ou lors de nouveaux travaux d’aménagement importants.

Enfin, notons que rien n’oblige à accrocher les cimaises à l’extrémité entre le mur et le plafond. On peut tout à fait accrocher une cimaise au milieu d’un mur. Par contre, l’usage veut que, pour être mis en valeur, les tableaux doivent avoir leur centre à environ 1,65 m du sol.

Les cimaises avec éclairage

Enfin, comme cela est souvent le cas dans les galeries d’art, certaines cimaises contiennent tout un système d’éclairage, système qui va mettre en valeur les tableaux. Si leur installation demande des connaissances en électricité, le rendu est particulièrement intéressant, d’autant que de nouveaux modèles à LED rendent la cimaise très discrète, loin des spots en halogène d’antan (qui existent encore d’ailleurs), qui ne s’intègrent pas toujours avec bonheur dans la décoration intérieure d’une habitation.

Comment choisir une cimaise ?

Ainsi, il existe tellement de types de cimaises différents qu’on ne peut que trouver le modèle qui conviendra. Pour déterminer celui-ci, il convient dans un premier temps de connaître le nombre et le poids des tableaux que l’on envisage d’accrocher, en gardant une marge en cas de remplacement des tableaux actuels par d’autres modèles plus lourds dans le futur.

Vient ensuite la question de l’accrochage de la cimaise. Le mur ou la cloison sont-ils assez solides ? Faut-il prévoir un rail avec fixation au plafond ? Ces questions techniques permettent dans un premier temps de mettre de côté les considérations de sécurité, afin de regarder dans un deuxième temps les considérations esthétiques. En effet, une cimaise est globalement assez visible. Il est donc important de trouver un modèle qui nous correspondent et qui s’insèrent parfaitement dans la décoration de la pièce.

A noter que si l’on souhaite repeindre la cimaise, cela nécessite de choisir un modèle compatible avec une peinture. Dans le cas contraire, soit la peinture n’accrochera pas, soit elle s’effritera rapidement dans le temps. En outre, si la peinture est la même que celle du mur, mieux vaut prévoit l’achat de la cimaise au moment de la rénovation du mur. Si elle est peinte ultérieurement, et même si la même marque de peinture est utilisée, il y a de fortes chances que la couleur ne soit pas tout à fait la même.

Comment fixer une cimaise ?

Fixer une cimaise ne présente pas, en soi, de véritables difficultés, excepté si elle est composée d’un système d’éclairage. Dans ce cas-là, mieux vaut faire confiance à un électricien, qui pourra apporter l’électricité en haut du mur, et éviter que des fils restent visibles.

Habituellement, les cimaises sont vendues en kit, comportant alors à la fois le rail, les câbles ou les tiges en acier, et les crochets, si ceux-ci ne sont pas directement inclus à l’extrémité de la tige ou du câble.

La première étape consiste éventuellement à scier, avec une scie à métaux, le rail, si celui-ci est plus larges que la longueur du mur. Cette étape ne pose pas de difficulté, si l’on prend son temps et que l’on marque aux crayons les repères de découpe avant de passer à la phase pratique. Si des cimaises sont accrochées aux quatre pans de murs, attention à scier correctement les angles, à l’aide d’une scie à onglet, pour un rendu sans aucune imperfection.

Dans un second temps, il suffit de placer la cimaise au mur, ou éventuellement au plafond, et de marquer au crayon l’emplacement des futurs trous de perçage. Une perceuse, des chevilles adéquates selon le type de mur, et le tour est joué. A noter que certains rails peuvent être collés. Si cela évite de devoir percer le mur, la capacité de port de charge sera moins importante. C’est néanmoins une solution intéressante pour les locataires notamment.

Une fois le rail fixé, le tour est joué. Que celui-ci soit en J ou à glissière, il ne reste plus qu’à venir poser les câbles ou les tiges et à accrocher les tableaux. Sauf travaux de peinture, il ne faut donc pas plus qu’une petite demi-heure pour accrocher une cimaise pour tableaux à un mur.

Il y a toujours une certaine appréhension à accrocher des cadres aux murs, car cela demande de faire des trous un peu partout, trous qui resteront après avoir ôter le cadre. Avec les cimaises, ce problème est réglé une bonne fois pour toute.



Contrats assurance logement

Economisez sur
votre assurance habitation

Comparez les offres

Devis gratuits en moins de 3 minutes