Vous êtes ici : Les-masure.fr » Assurance habitation : garanties et contrat » Sinistres habitation : types et démarches » Dégât des eaux : garantie, déclaration et indemnisation

Dégât des eaux : garantie, déclaration et indemnisation

Le dégât des eaux est le sinistre le plus courant. Tout le monde a déjà été confronté à ce problème : un tuyau qui fuit, un robinet laissé ouvert, une canalisation qui éclate…votre logement et celui de vos voisins peuvent vite se retrouver inondés.

sinistre-degat-des-eaux

En général, après avoir subi un dégât des eaux, les murs, le sol, les meubles sont endommagés. C’est pour cela que la majorité des assurances habitations prévoient dans leur contrat une garantie « dégâts des eaux » pour couvrir les assurés dans les réparations mais aussi pour couvrir leur responsabilité envers les voisins et le propriétaire.

La garantie dégâts des eaux

Obligatoire si vous êtes locataire, la garantie « dégâts des eaux » va protéger les biens de l’assuré et des tiers de l’ensemble des dommages liés à un dégât des eaux. Dans la majorité des cas, cette garantie couvre les dommages liés à une fuite d’eau, à un dysfonctionnement des canalisations, à un débordement et à une infiltration dans les murs ou les toits.

Bien que les dégâts des eaux soient l’un des sinistres les plus fréquents, il existe des cas particuliers et des exceptions pour lesquels l’assurance ne pourra pas vous couvrir. Une surconsommation d’eau, un mauvais entretien des installations, un défaut d’étanchéité, une fuite dans des canalisations enterrées, l’humidité, etc, sont tant de nuances et de clauses qui ne permettront pas au sinistré d’être indemnisé et couvert par l’assurance.

Déclarer un dégât des eaux

Lorsque l’origine du sinistre provient de votre habitat, qu’il a endommagé vos biens et qu’il a également atteint le logement d’un tiers, c’est à vous d’agir. Il est très important de repérer ou d’isoler la source du sinistre, de prévenir rapidement les voisins, le propriétaire, la copropriété, dans certains cas le gardien de l’immeuble et bien entendu un plombier.

Alerter rapidement son assurance

Vous disposez, en général, d’un délai de 5 jours pour prévenir votre assureur. Il est important de le contacter très rapidement car les démarches d’indemnisation et de remboursement peuvent être complexes et longues. Que l’on soit victime d’un dégât des eaux provenant du voisinage ou qu’il provienne de votre logement, la procédure reste la même. Il faut impérativement contacter son assurance et lui décrire précisément les dommages et les possibles causes du sinistre.

Établir un constat amiable avec les voisins et les tiers

Dans le cas où le sinistre n’a touché qu’une partie de votre habitation et seulement quelques biens mobiliers, nul besoin d’établir un constat. Toutefois, si le dégât des eaux s’est propagé et a endommagé les biens et le logement des voisins, vous devez alors remplir, avec eux, un constat amiable.

Ce document est accessible en ligne sur le site de votre assureur ou ce dernier peut vous en envoyer un. Comme un constat pour accident de la circulation, ce document doit être rempli de façon très rigoureuse et doit présenter l’origine du sinistre, la cause, les dommages connus et toutes les personnes concernées. Il est constitué de plusieurs pages destinées à l’assurance, aux tiers, au propriétaire ou au syndic de copropriété. Pour être indemnisé de façon optimale, il est important de joindre des photos, des factures et des éventuels devis de travaux à réaliser.

Comment se déroule l’indemnisation ?

Une fois toutes les démarches d’indemnisation établies auprès de votre assureur, votre dossier sera étudié. En général, l’assuré sera indemnisé un mois après la déclaration du sinistre. Si le montant de l’indemnisation vous convient, il suffira de valider la décision de l’assurance.

Toutefois, si vous pensez que ce montant est insuffisant vous avez deux possibilités :

  • Réaliser les travaux vous-même : dans ce cas, l’assureur vous versera une indemnité dite forfaitaire qui prendra en compte la superficie de la pièce à rénover, le coût des matériaux et le temps consacré aux rénovations.
  • Demander une contre expertise : l’assuré, s’il se sent lésé par la décision de l’assurance peut demander à réaliser une expertise chez lui . Dans ce cas, deux experts viendront établir un diagnostic, dont l’un sera à la charge du sinistré. Dans les faits, cette pratique est peu courante car les honoraires d’un expert peuvent rapidement être supérieurs à l’indemnisation supplémentaire que l’assuré souhaitait.

Dégât des eaux : garantie, déclaration et indemnisation
Evaluez cet article