Contrats assurance logement

Economisez sur
votre assurance habitation

Comparez les offres

Devis gratuits en moins de 3 minutes

Vous êtes ici : Les-masure.fr » Assurance habitation : garanties et contrat » Le guide de l’assurance habitation » Zone à risques : quels impacts pour votre assurance habitation

Zone à risques : quels impacts pour votre assurance habitation

La localisation de votre logement est un critère essentiel dans le calcul de votre prime d’assurance habitation. Si vous êtes locataire ou propriétaire dans une zone dite à risques, votre prime sera plus élevée. Explications.

zones-a-risque-assurance-habitation

Identifier les zones à risques

Selon votre zone d’habitation, les risques auxquels vous pouvez être exposés sont plus ou moins importants. Sont généralement considérées comme des zones à risques :

  • les grandes métropoles et agglomérations,
  • les lieux hautement touristiques,
  • les habitations isolées,
  • les terrains inondables du fait de la proximité de la mer ou de cours d’eau,
  • les zones sismiques,
  • les sites sujets aux avalanches ou aux feux de forêt,
  • les lieux proches de sites industriels…

Avant de fixer la prime de votre assurance habitation, les compagnies d’assurance se renseignent sur les risques afin de se couvrir contre d’éventuels sinistres à répétitions. Elles prennent en compte un ensemble de statistiques et de critères de dangerosité pour déterminer les zones dites à risques :

La zone rouge : risque maximum

Toute habitation ou construction y est interdite compte tenu du risque. Si le bien immobilier a été construit avant la déclaration en zone rouge, la commune peut le racheter et le détruire ou ne rien faire… au détriment des risques. A l’inverse, un bâtiment construit après la décision sera considéré comme une construction illégale.

La zone bleue : risques maîtrisés

Les constructions y sont autorisées selon certaines conditions imposées par la commune. Si vous achetez ou louez dans cette zone, vous devez obligatoirement être informé des risques.

La zone blanche : aucun risque particulier

Aucun risque n’y étant identifié à priori, les constructions et habitations sont autorisées sans conditions.

Ces trois zones concernent les risques géographiques.

Une quatrième zone – dite exposée aux cambriolages – vient compléter la classification. Elle concerne certains quartiers d’une ville, considérés comme malfamés ou très touristiques, qui ont été identifiés par les assureurs sur la base de statistiques locales.

Savoir si votre bien immobilier se situe en zone à risques

Pour savoir si votre bien immobilier est situé dans une zone à risques, vous pouvez :

  • Vous rapprocher de la mairie de votre commune pour consulter le plan de prévision des risques naturels prévisibles (PPRN).
  • Consulter le portail Géorisques du ministère de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie pour identifier les dangers à proximité de chez vous.

Evaluer les impacts sur votre contrat d’assurance multirisques habitation

Si vous habitez dans une zone dite à risques, sachez que les assureurs n’apprécient pas les risques. Deux cas de figures peuvent se présenter :

  • Votre assureur refuse de vous assurer au regard des risques. Vous pouvez alors contacter le BTC (Bureau Central de Tarification), qui se charge de vous trouver un assureur, sous certaines conditions financières.
  • Votre assureur prend le risque de vous assurer, avec des conséquences financières : votre prime d’assurance risque d’être plus élevée.

N’hésitez pas à négocier. Vous pouvez décider de payer une franchise plus élevée en cas de sinistre, dont la probabilité est faible, plutôt que de payer une prime annuelle plus élevée.

Renseignez-vous aussi sur des solutions de prévention, pour minimiser ou limiter les risques liés à votre zone d’habitation. Systèmes d’alarme, barreaux aux fenêtres, revêtements spécifiques contre les intempéries, travaux de rebouchage des voies d’eaux en zone inondables, etc. Autant de solutions pouvant être prises en compte par votre assureur dans le calcul de votre cotisation.

Dans tous les cas, ne sous-estimez pas les risques et l’importance de souscrire une assurance :

  • Si vous êtes propriétaire, vous devez au minimum être couvert pour garantir la sécurité des tiers.
  • Suite à une catastrophe naturelle, même en zone à risques, vous ne serez pas indemnisé si vous n’êtes pas assuré.
Evaluez cet article